↩ Retour à l'accueil

Test de l'Elektro Rookie [partie 2]: le vol

Après le montage sans a embrouilles de notre nouvel appareil, il est temps de mettre tout ça en l’air. Après un rapide coup de google earth, il est décidé que ce sera au parc des sports de Choisy le Roi : j’ai trouvé ainsi un accolage de 4 terrains de foot, largements suffisants au rookie. En revanche, côté vent, c’est moins bon : il y avait, selon météo france, 20 km/h de vent avec des rafales à 60. effectivement, ça souffle, et j’hésite même à lancer. Finalement,après une course molle de trois trois pas, l’avion par plane doucement, bien calé.Je met les gaz, et il prends une pente de monté tranquille, qui me permet de sortir des remous, assez violents au niveau du sol.

Le planeur réponds bien sur ses deux axes, sans être trop «glissant». dans le vent, l’avion perd rapidement de l’altitude dès qu’on coupe le moteur, mais on peut faire un hyppodrome complet en partant de 20 mètres. l’approche était quelque peu mouvementé, d’autant que le vent et mon placement sur le terrain m’obligeait à poser juste après un virage. si on ne vient pas de loin, la bestiole allonge pas mal, et peut ralentir beaucoup avant de toucher. il suffit en fait de soutenir à la profondeur jusqu’à ce que le fuselage touche le sol.

Vu les conditions météo, les test plus poussés (décrochage, voltige ?) attendront le prochain vol. En tout, j’ai du cumuler 30 minutes réparties par tranches de 5 minutes de vol, et la batterie n’était pas totalement déchargée, ce qui est un bon présage pour des vols de durée en thermique.

Deuxième batterie de test pendant ces vacances, donc : La plage de Cap Coz offre, à marée basse, une distance d’une centaine de mètres de sable, et les arbres protègent du vent en dessous de 15 mètres. Premier vol de test, peu de vent, 8 degrés.

On lance donc, ça part droit, comme sur des rails. l’oiseau monte à un rythme correct, sans grimper aux arbres, moteur plein gaz. arrivé à une bonne altitude, on coupe le moteur. L’avion plane bien, et sa vitesse surprends beaucoup : il peut aller très lentement, mais ne rechigne pas à accélérer si on pousse sur le manche.

Il est temps de passer au tests, je met l’avion face au vent, je tire le manche petit à petit, manche en butée, l’avion s’enfonce gentiment, et fini sur une petite abattée si on insiste. Pour la voltige, je me suis limité au looping, qui passe après une prise de badin, mais ce n’est clairement pas le domaine du planeur. En tout, j’ai pu voler 1h10, sans économiser particulièrement la batterie, en faisant des montées tranquilles et des planés plus ou moins long. La batterie tient donc largement assez longtemps pour s’amuser et faire piloter son entourage, surtout que l’avion est plus que simple à piloter !