↩ Retour à l'accueil

Test de l’Elektro-Rookie [partie 1]: réception et montage

Je vous le disais il y a quelques jours, j’ai commandé le planeur Elelktro Rookie de Graupner. Voilà donc la première partie du test, à savoir le montage. J’ai reçu le paquet de flash-rc en 48h, comme indiqué par le site, sans un accroc : L’ensemble est très bien emballé, la batterie et les servos (non inclus avec le planeur) était empaquetés et calés dans la boîte du planeur, bref, aucun reproche à faire !

Boite du Elektro Rookie

Pour ce qui est de Graupner, ils sont fidèles à leur réputation : chaque pièce est calée dans la boîte, emballée individuellement (papier+bulles), les accessoires dans des sachets différenciés (moteur+controlleur, vis, pièces en plastique), bref, tout est clair et bien pensé. On a donc, à l’appel : Les ailes, une clé d’ailes en fibre de verre, deux bouts de Solidpor pour couvrir cette clé, les deux demi-coquilles du fuselage, la verrière (dommage qu’elle ne soit pas noire, ç’aurait été plus classe), le stabilisateur et sa vis de fixation en nylon. Au chapitre des accessoires, tout est fourni, du support moteur au guignols en passant par les tringleries, les palonniers de servos (qui poseront problème, on verra plus tard), le plomb du centrage … C’est très complet, quoi. Enfin, le moteur et le contrôleur son fournis, à savoir un compact 260 et un contrôleur 18A graupner.

inventaire du kit

On passe donc au montage (intégralement à la cyano, sauf pour les caches de clés d’ailes à l’epoxy), qui commence par le collage du renfort du fuselage en carbone, ainsi que des gaines de commandes. Cette étape est plus que simple, il suffit de placer la gaine dans les moulures du fuselage, de faire couler un peu de cyano, et c’est fini. Il faut ensuite libérer les gouvernes, maintenues par les restes du moulage, et dont la charnière n’est qu’un amincissement du Solidpor. On poursuit par le collage du servo de direction, puis du support moteur. J’ai d’abord tenté de monter les palonniers fournis avec l’avion sur mes servos Dualsky, mais ils ne s’adaptent pas. J’ai donc recoupé les palonniers des servos, mais rien de compliqué, même pour le débutant que je suis. Le contrôleur étant soudé au moteur, le travail est réduit au strict minimum. En revanche, le contrôleur est fourni avec une prise JST, qui me paraît sous-dimensionnée (intensité nominale de 3A), et que j’ai remplacé par une prise “ultra-plug deans”, pour ne pas être surpris en vol.

Le moteur et le controleur

On colle enfin le servo de profondeur dans l’autre demi coquille, le pas de vis pour le stabilisateur, et on est prêt pour le collage des deux demi coquilles. Cette étape est grandement facilitée par les plots de guidages que Graupner a intégré pendant le moulage.

demi-coquille droite

On peut donc passer au montage du stabilisateur, qui se réduit à coller le renfort en plastique puis visser le stab sur la dérive. On passe les commandes en CAP pour faire les réglages, a noter d’ailleurs que la notice de Graupner, par ailleurs très claire, n’indique pas de débattements pour les gouvernes. La dernière étape consiste à coller les caches de clés d’ailes (je l’ai fait à l’epoxy, par sécurité ), coller le clip de la verrière puis à monter l’hélice. Pour ce qui est des réglages, avec ma batterie plus petite que celle préconisée, il a fallu utiliser tout le plomb fourni, collé sous le verrière.

Le compartiment interne sans la batterie

Le moteur est collé sur le fuselage

Le poids final est donc de 690g, soit 10g en dessous des prévisions de Graupner, avec un avion centré au milieu de la plage recommandée. En tout, le montage a dû me prendre 2h30~3h00, en prenant mon temps et en comptant le temps de prendre des photos. C’était la première fois que je montait un kit Graupner, et je le referais avec plaisir, tant la notice est claire, le kit beau et bien conçu … Bref, on se retrouve donc d’ici peu pour les test en l’air de cette petite merveille !

La bête assemblée